Passer par le corps

Tous se seront apaisés, leurs colère, leur rages, leur désir en somme et en creux l'impuissance à me faire entendre raison et en barrière mon corps arque bouté j'oppose depuis toujours. Ce corps battu, mordu, déchiqueté, caressé puis pincé, ce corps éviscéré, désorganisé. Et encore n'oublions rien de chaque blessure subit, les brûlures, les liens l'enserrant, le ligotant, l'ensanglantant toutes tentatives vaines de le rendre immobile et muet ce qu'il ne sera jamais.