« Tu n’es rien »

Tous ces personnages inventés de toutes pièces, du prince charmant à l'amant, du bon père de famille au traître sans vergogne, du voyou de l'escroc , du bon employé servile, du mauvais payeur, du bon professeur et de l'artiste raté tout cela ne fut que passe temps, diversion pour échapper au maelstrom du rien.

Importance du point de vue.

Si un jour tu as eu l'envie de te réfugier dans le regard de l'artiste, n'est ce pas parce que tu cherchais confusément la permanence d'un point de vue ? la solidité rassurante d'une vision qui ne se déploie pas horizontalement dans un zapping interminable mais verticalement dans l'affinage des formes le creusement des sillons , des idées, des mots.

L’ecuyere

https://patrick-blanchon.artmajeur.com/fr/artwork/lecuyere/11092663?collectionId=1797718#images-1 Entre ses cuisses douces et chaudes lorsqu'elle chevauche, L'axe des limbes,vers l'oubli, ourdit l'orage et des espoirs œuf coupé Immobile et vibrant,robuste Energiquement s'élance vers les sommets rêvés par la plus noire des profondeurs Se tient satin inouï, orange Amere l'amie, la mort,la vie.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :