Les mondes d’en bas

J'étais descendu entre Barbes et gare du Nord mué par une intuition sans doute et mon regard balayait la cohue en utilisant cette vision si particulière qu'on apprend chez les indiens hopi, c'est à dire avancer en voyant l'ensemble sans rien fixer en particulier C'est là que tout à coup il apparut le géant au front sur développé à l’œil mobile et fulgurant. Il allait disparaître à l'angle d'un couloir quand je décidai soudain de courir comme je pouvais c'est à dire en rêvant la course plus qu'en l'effectuant comme il se doit dans les reves poisseux. Un rêve s’emboîte dans l'autre c'est ainsi qu'on traverse les parois poreuses en suivant un objet ou un être qu'on décide insolite.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :