Fermer les écoutilles

Parfois quand le bruit du monde ne cesse de nous déranger, quand nous sommes à bout de force et de générosité, quand la batterie est à plat, quand les pensées moroses ne cessent d'être "recyclées", nous avons envie alors de retrouver la position fœtale, la quiétude d'un intérieur sans désordre, des lignes claires et nettes, la paix et la sérénité si possible alors chacun fait comme il peut, moi j'ai l'habitude de fermer les écoutilles.

Nabuchodonosor 4

Un monde gris sans relief dans lequel je tombe lentement à la renverse dans un temps ralenti. Me voici au sol immobile enfin. C'est alors qu'ils arrivent : Toute la foule de petits personnages informes à la voix éraillée qui applaudissent désormais mon retour parmi eux.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :