Le cœur du monde.

Il y a un homme quelque part au fond de moi que je ne parviens pas à mettre au monde. Je l'aperçois de temps à autre et, dès que je m'approche un peu de lui, il s'évanouit. Alors je me dit que j'ai rêvé tout simplement, que j'ai pris mes désirs pour des réalités. Cet homme là n'est que pur fantasme, il n'existe pas, n'a jamais existé, et n'existera jamais.

Priorité

Vitres embuées Photographie Patrick Blanchon En mathématiques, la priorité des opérations ou ordre des opérations précise l'ordre dans lequel les calculs doivent être effectués dans une expression complexe. C'était la seule définition qu'il retenait après avoir consulté son moteur de recherche habituel et qui l'avait emporté comme à chaque fois sur Wikipédia. C'était une vraie question, une énigme à résoudre soudainement... Lire la Suite →

Résistance

L'étymologie du mot révèle qu'il s'agit de s’arrêter, de ne pas faire un pas de plus afin de se tenir face à quelque chose, et de lui tenir tête.

Comme tous les mots, comme la langue toute entière le mot résistance ne fait pas cas d'une chose réelle. Il permet simplement d'aller chercher dans notre mémoire quelque chose de connu qui rassurerait celui ou celle qui l'utilise.

La résistance ainsi permettrait comme beaucoup d'autres mots sinon tous de résister à l'inconnu.

Ne pouvant jamais sortir de la pensée, des mots, du langage, nous traversons ainsi l'existence enveloppés dans ce véhicule que ne cesse d'inscrire la mémoire face à la vie.

Trahison

Comment ne pas parler de l'abandon pour parvenir à évoquer la trahison ? Cela ne me semble pas possible autrement. Car chez moi la trahison, la douleur ou le soulagement qu'elle procure sont indissociables d'une idée de perte.

En abandonnant une ligne de conduite, combien de fois n'ai je eu le sentiment de me trahir et ce faisant peu à peu de perdre l'estime de moi-même.

C'est presque du domaine du surnaturel, on pourrait aller jusqu'à évoquer la possession ou en tous les cas quelque chose de "plus fort que moi" qui se joue de moi en flanquant par terre à chaque fois un personnage que je crois être et que je dois abandonner, trahir par ce que ce n'est pas moi, ce ne peut être moi.

La préférence

Le canal était noir, la surface de l'eau était noire, ce matin là je n'apercevais pas les beaux éclats argentés des perches arc en ciel qui troublaient en profondeur mon âme de gamin pêcheur. Le temps était maussade, sans aucun vent et l'écho des trains arrivant en gare au dessus me revenaient en grinçant méchamment... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :