Labours

En revenant par les petites routes départementales depuis Grenoble, je vois quelques paysans calfeutrés dans l'habitacle de leurs tracteurs labourer leurs champs. Je me dis qu'il faut un courage extraordinaire tout de même malgré le froid, malgré le maigre revenu qu'ils tireront du fruit de leur travail. N'est ce pas la même chose finalement que pour le peintre qui chaque jour pose sur sa toile ses sillons de lignes et de couleurs sans plus d'assurance quant au résultat de son labeur.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :