Le net et le flou

Il se peut que des relations intimes s'établissent, poussées inconsciemment ou pas avec un contexte plus général que la petite bulle dans laquelle je réside entre les notions de net et de flou dans la peinture et dans le dessin. Une fatigue de la suggestion sera apparue progressivement cette année dans ma peinture et peu... Lire la Suite →

La ligne claire

Entre la ligne confuse, la ligne qui apparaît comme par mégarde, la ligne épaisse qui cerne tel un plomb la couleur, la ligne protéiforme presque invisible et qui s'accentue pour indiquer une ombre puis s'évanouit à nouveau aux abords de la lumière, il y a entre toutes ces lignes plus ou moins poilues, comme retranchées dans la peinture, la découverte, ou plutôt la redécouverte de la "ligne claire". C'est une expression que j'emprunte à l'un de mes amis Facebook, Michel Cadière, formidable artiste dont je vous invite à explorer les travaux.

Paradoxe

Hier j'ai voulu tenter cette expérience de partir ainsi au hasard des traits, des lignes, avec mon crayon comme objet de concentration. Sans justement vouloir établir de processus compliqué, en partant juste de la contrainte du trait de la hachure plus ou moins épais, plus ou moins resserrée ou écartée.

Le mystère du trait de Matisse

L'observation est la qualité principale du dessinateur et, de celle-ci une autre en découle tout aussi importante qui est l'esprit de synthèse. L’œil analyse, l'esprit simplifie par le geste assuré et ce geste pour aboutir à la fluidité demande des années et un travail acharné, ou tout du moins régulier. Je ne suis pas loin de penser quand je vois mon ami que le geste aiguise l'intelligence tout simplement et que ce n'est que dans ce sens que l'art surgit.

Garder le cap

Lorsque la lumière revient, avec le calme on en rigole doucement, on s'aperçoit, on se retrouve, on se tapote l'épaule, on s'encourage à nouveau, et l'on finit par s'apprécier. C'est vraiment à ce moment là précisément que le taille crayon resurgit, alors on s'assoit, on prend une nouvelle feuille et on y va. Une nouvelle journée alors est traversée et le soir vient, car il vient forcément, irrémédiablement. Alors on se demande si on a gardé le cap ?

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :