L’éthique

L'éthique est une très bonne chose à condition qu'elle ne nous jette pas sur le bas coté du chemin. J'ai connu tellement de personnes qui se pourrissaient littéralement l'existence en invoquant l'éthique que très tôt j'ai tenté de trouver des raisons valables à cela. Et dans le fond il n'y en a qu'une qui pourrait résumer toutes les autres en un mot.

La paresse.

C'est toujours plus facile d'enfiler des vêtements déjà portés des dizaines de fois, des chaussures que du neuf.

Il faut que ça se fasse un peu. Le cuir, le coton, tout ce qui est trop neuf procure un malaise dans le domaine vestimentaire. Je parle pour moi mais j'ai appris il n'y a pas très longtemps qu'au moyen age et aussi à une époque pas très éloignée de la notre les riches payaient les pauvres pour porter leurs vêtements. Le velours notamment pas très agréable quant il est tout neuf.

L'éthique c'est un vétement porté par plein de gens en quelque sorte au cours d'une époque, qu'on récupère et qui dans un premier temps parait confortable.

On sait immédiatement ce que l'on doit faire et ne pas faire...

et ça ne se réfléchit pas vraiment.

C'est fait exactement pour cela d'ailleurs, pour ne pas avoir à perdre du temps à réfléchir sur la légitimité de nos actions.

Il existe des codes et si on ne les connait pas on les apprend par cœur voilà tout.

De plus nul n'est sensé ignorer la loi, cette petite phrase achève de procurer tout le crédit de sérieux dont on pourrait encore douter avant de l'entendre.

T'as plutôt intérêt à connaitre la musique.

Bref. C'est comme ça depuis Mathusalem, et sans doute bien avant.

Mais si toi tu es indépendant. Si tu crées ton univers. Si tu es entrepreneur, artiste, clochard... c'est quoi ton éthique ? ça signifie quoi pour toi l'éthique ?

Rituel

La première image qui surgit en reprenant peu à peu conscience de son corps et de qui il croyait être, fut celle d'un éléphant attaché à un tout petit épieu. Puis l'image se transforma pour devenir une licorne entourée d'une fragile clôture sans doute empruntée à une célèbre tapisserie qu'il retrouvait chaque semaine en face de lui, au mur du cabinet de son thérapeute.

Le plaisir

L'abord du plaisir s'il paraît désormais aisé, sous l'angle du consommateur qui peut s'offrir tant d'agréments aussi rapides qu'éphémères, cet abord demande à se munir d'autant plus de précautions qu'il semble facile.

Car le ressort de la consommation elle même ne fonctionne que sur cette habitude à retrouver le goût familier du plaisir de pouvoir consommer. La facilité est d'ailleurs par publicité interposée le message essentiel distillé.

Le non faire

Il dit bonsoir au lieu de bonjour, il demanda à la boulangère une miche au lieu d'une baguette, il prit le bus plutôt que le métro et arrivé devant la grande bibliothèque, il bifurqua soudain pour se rendre au bistrot. Il commanda un scotch sans glace et le bu d'un trait puis attrapa le journal qui traînait sur le comptoir et commença à le lire à partir de la dernière page, c'était du sport et il se disait qu'il détestait le sport , mais justement, pourquoi donc détestait il le sport après tout ? et il s'enquit auprès de son voisin d'un pronostic éventuel sur le match qui allait opposer l’Allemagne à la France dans la soirée.

L’envie d’avoir envie.

Et si on changeait d'angle, de point de vue, tout en refaisant la même chose ? si entretenir l'envie nous permettait aussi de nous entretenir nous-même ? de retarder le vieillissement des neurones, de conserver fluidité et souplesse ? d'apprendre une forme de tendresse et d'humilité inédite ?

Emprisonnés dans l’habitude

Il flotte dans l'air une légère odeur de feu de bois et de térébenthine, et les quelques merles du voisinage se sont donnés rendez vous sous l'auvent de la vieille scierie dans laquelle j'ai installé mon atelier. Cette porte tant de fois ouverte et refermée durant l'année je ne la regarde guère en général, je ne pense même pas à elle, face à celle ci une grande partie de mon attention se trouve ailleurs, dans la journée précédente avec les toiles travaillées ou bien dans les heures à venir sur les toiles que je devrai reprendre. En fait je ne suis pas vraiment là et il y a gros à parier que ce n'est pas seulement devant la porte de mon atelier.

La répétition

Que viendrait ajouter de plus la surprise sinon un agacement premier d'être excentré ? Encore que cela dépende de la surprise, mais avec le temps on finit par considérer les surprises pour ce qu'elles sont.. de simples dérangements et pas autre chose.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :