La noirceur

les maitres chanteurs version 2 noir et blanc

Ce serait la première couleur, préexistante avant toutes les autres. Couleur associée à la phase de dissolution, de décomposition de la matière.

Cette noirceur  n’a pas d’autre qualité que celle qu’on peut lui attribuer. Elle est neutre de nature. Il y a de la boue, de la merde, des humeurs, du sang et du sperme  mais ça ne sent rien de particulier en dehors de l’observateur la noirceur reste neutre  scellée comme la nuit ou le vide cosmique.

Cette noirceur, comment établir sa présence lorsqu’on a les yeux du quotidien, le regard du siècle et que tous les néons de la fête n’ont pour seule fonction que d’éclairer notre divertissement ?

Comment savoir que sans celle ci , la « nigredo », nous ne sommes qu’enfants perdus dans la rêverie  de Dieu à son  4 ème jour. Car bien sur on ne peut que le constater :

la création n’est encore terminée et,  si le Très haut nous a fait à sa ressemblance, nous avons encore 3 jours devant nous pour nous parfaire.

Ou pas, n’oublions pas le libre arbitre.

Tout peut encore basculer à l’aurore, et en dormant nous rêvons ou cauchemardons notre destinée inconnue.

Englués encore dans la noirceur qu’il faut dissoudre jusqu’à la lie nous hurlons, pleurons, rions, courrons ,frappons, caressons alors que le silence nous couve de ses grands yeux sombres et brillants.

Bob Dylan disait ‘écoute dans le vent’ et il avait raison. Il est bon de guetter le son de la nature et ce qu’elle laisse au vent porter jusqu’à nos oreilles souvent bouchées.

Les forces de la noirceur et de la lumière ne l’oublions sont toujours associées et je mettrais bien ma main à couper ou au feu que ce n’est pas une association de malfaiteurs. Après sachant ce que donnent les paris, les plans sur la comète et les châteaux en Espagne…

Féminin et masculin veillez l’une sur l’autre tandis que la lune danse dans la nuit noire ivre de souvenirs, engrossée par le vieux soleil.