Fiction ou réalité

Où se situe vraiment la frontière entre la fiction et la réalité ? C'est à nouveau cette question qui préoccupe Tom à chaque fois qu'il se souvient de ses rêves de la nuit, c'est à dire tous les matins. A 10 ans il a déjà effectué au moins 3 fois le tour du monde, voyagé dans l'espace intersidéral jusqu'à de lointaines galaxies, vu un tas de filles de tout ages et corpulences à poil, et avalé une quantité industrielle de Bigmac son menu préféré au restaurant de l'angle de la rue. Toutes ces choses impossibles dans la vraie vie. Dans la vraie vie Tom est comme cet albatros dont parle le poète, un petit gros qui finit toujours bon dernier lorsqu'il faut courir comme des crétins autour du stade ou encore qui devient tout rouge lorsque Isabelle,la fille du marchand de journaux le regarde d'une façon un peu trop soutenue. Cette vraie vie ressemble plutôt à un cauchemar et sitôt qu'il en a l'occasion Tom préfère replonger même en pleine journée. C'est d'une simplicité formidable. Il lui suffit de de penser qu'il zappe sur une télécommande imaginaire, les yeux mi clos et hop le voici qui chevauche un magnifique cheval baie, ou un dragon, ou encore le manche à balai de la vieille Louise, qui récure les chiottes de l'école et dont il connait parfaitement les talents de magicienne. Louise et Tom sont devenus amis au fil des jours parce qu'il fait attention lorsqu'elle passe la serpillière de marcher sur le bord des murs et non en plein milieu. -Toi au moins tu respectes le travail des autres lui avait t'elle dit en souriant et elle lui avait ébouriffé les cheveux ce qui avait bien plu à Tom comme aussi de sentir le contact de ses gros nichons contre sa joue lorsqu'elle l'avait serré tout contre lui. Elle l'avait serré presque à l’empêcher de respirer et il aurait été assez d'accord de mourir comme ça, mais c'était l'heure du goûter et il fallait se battre pour être dans les premiers sinon il ne resterait plus rien. Il s'était dégagé, ils s'étaient souri et elle, Louise avait cligné d'un œil comme le font les bons amis. Ils s'étaient séparé comme ça la première fois, et depuis semaine après semaine, depuis des mois c'était leur petit rituel.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :