Ce silence n’est pas le silence.

Il faudra un jour que je parle de mes relations intimes avec la chine, avec les vieux lettrés du x eme siècle et tout ce dont j'ai pu bénéficier à les côtoyer. Il m'arrive encore parfois de sourire quand je veux donner la définition d'un mystère et c'est bien à eux que j'offre cette sensation de se retrouver à la fois devant un haut mur et d'être doué soudain d'un extraordinaire pouvoir de "passe-muraille".

Quand Lao Tseu s’en alla

Le garde frontière le vit arriver tranquillement. À califourchon sur son buffle, comme il se doit, Lao Tseu était un vieil homme désormais. Le garde porta une attention particulière aux oreilles du vieux, et c'est ainsi qu'il le reconnut : à cause des lobes conséquents, caractéristique des garnements ou des sages.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :