La guerre n’est jamais si loin

Et donc hier j'ai été surpris quand les petits morveux du coin se sont introduits dans l'atelier des métiers d'arts car j'avais par mégarde laissé la porte entrouverte. Sur un présentoir vide l’absence d'un objet soudain provoqua la panique . Nous supputâmes que c'était les gamins qui avaient étouffé une pièce précieuse d'autant que nous ignorions tout de son identité.

La chance de ma vie.

Pourtant elles furent nombreuses à postuler à mon bonheur. Assis derrière mon petit bureau imaginaire je les revois les unes derrière les autres à la queue leu leu se présenter à nouveau et me vanter leurs diverses qualités, faire flamboyer devant mes yeux leur promesses d'utilité, de plus-value, de profit... bref leur candidature au poste de chance incontournable. Et pourtant toutes furent contournables absolument. Je n'ai jamais pris le recrutement à la légère.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :