Le monde

Quelque chose s'étend, s'étire, me contient et que je ne peux pas appréhender autrement que par les sens, par un filtre que je pose sans arrêt sur ce quelque chose.

Il se peut qu'il ne soit qu'un profond silence, ou une cacophonie magistrale, ou bien encore une symphonie inconnue.

Je ne sais pas.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :