Les soliloques du pauvre.

Il n'y avait pas autant de monde place du Tertre pour appâter le chaland à coups de fusain ou de Poulbot recopiés ou sérigraphiés et, dans le café de l'angle dont il avait perdu le nom, il entendait encore le coup de klaxon résonner quand Jojo le gitan était content d'avoir grappillé un ou deux billets. Alors la pompe ronflait de plus belle, les doigts bagués courraient sur les manches de palissandre et les guitares manouches reprenaient les increvables standards de Django.

Solitudes

J'eus du mal à décider de son age à première vue. Sans doute avait elle franchi allègrement la soixantaine. Une brune mystérieuse et triste évidemment qui fumait sa cigarette avec élégance.

Whisky

C'était une grande bâtisse avec un vaste jardin qui s'étendait derrière celle-ci le long de la voie ferrée. Je connaissais la combine pour entrer, la clef était toujours sous une pierre près du perron. Cette maison Lara elle-même y était entrée un jour, et avait décidé que ce serait la sienne momentanément, et cela durait depuis un peu plus de 10 ans.

Nabuchodonosor 4

Un monde gris sans relief dans lequel je tombe lentement à la renverse dans un temps ralenti. Me voici au sol immobile enfin. C'est alors qu'ils arrivent : Toute la foule de petits personnages informes à la voix éraillée qui applaudissent désormais mon retour parmi eux.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :