La peur de la folie

James Osthwood se concentrait depuis une bonne heure déjà. La tour qu'il avait commencée à l'aube s’élevait fièrement sur la table de la cuisine. Plus que quelques allumettes à coller-se disait-il- et il aurait l'impression, définitivement, d'avoir vraiment fait quelque chose de sa journée. A 10 ans James avait le sentiment d'avoir réglé un grand nombre de difficultés dans lesquelles, il l'avait observé, la plupart des personnes qui étaient autour de lui adoraient perdre leur temps à se débattre. La plupart du temps tout n'était-il pas lié à l’excès d’émotion et à l'imagination ? C'est ce qu'il avait découvert à la veille de son dernier anniversaire lorsque son oncle Harold lui avait offert en présent une cartouche entière de boites d'allumettes.

L’art de perdre son temps

Le temps c'est de l'argent dit-on ce qui nous ramène au capital comme à chaque fois que l'on tente de donner une "valeur" aux choses. C'est sans doute vrai pour la plupart des gens puisqu'il semblerait qu'il existe une demande et donc une multitude d'offres pour monnayer un meilleur emploi du temps.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :