Dans le bazar

La sangle de mon Leica à l'épaule je marche sur la route poudreuse qui conduit à Quetta, observe les divers campements de fortune sur la droite et réalise quelques clichés d'enfants maigres au regard étincelant. Il n'y a guère que des femmes et des enfants d'ailleurs, aucun homme. Ceux ci sont partis depuis des jours courir dans les montagnes tenter de repousser une nouvelle fois l'ennemi.

Rater

Le jour ou j'ai enfin compris que je ne cherchais pas la réussite mais l'échec en toutes choses, ma vie se modifia, désormais je me suis bâti une philosophie de l'échec le tenant pour une chose évidente, habituelle, normale, inéluctable. Il y a plus de chance qu'une tentative quelconque échoue qu'elle réussisse.

La photographie.

Durant tout le week-end je sillonne Paris pour prendre des photos, et me hâte de remplir mes 36 poses. A cette époque pas d'internet et je ne suis même pas sûr de savoir si je connaissais l'existence des ordinateurs.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :