Dans le bazar

La sangle de mon Leica à l'épaule je marche sur la route poudreuse qui conduit à Quetta, observe les divers campements de fortune sur la droite et réalise quelques clichés d'enfants maigres au regard étincelant. Il n'y a guère que des femmes et des enfants d'ailleurs, aucun homme. Ceux ci sont partis depuis des jours courir dans les montagnes tenter de repousser une nouvelle fois l'ennemi.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :