L’impuissance

Il y a dans l'impuissance une sorte de soulagement à laisser tomber tout effort qui ne servirait qu'à nous illusionner encore un peu. Dans une certaine mesure accepter notre impuissance serait la clef qui ouvrirait la porte non plus à la survie mais à la vie réelle et ce quoiqu'on puisse placer sur ce mot.

Dualité

Je regarde une fourmi sur le sol de la cuisine qui emporte une miette de je ne sais quoi. Elle n'hésite pas, elle s'en va droit muée par un but précis, et il semble que rien ne puisse l'en détourner.

Rien à voir avec ce que je suis qui ne cesse d'être tiraillé perpétuellement entre les conséquences possibles de chaque choix que j'envisage.

Appeler un chat un chat.

Je crois que c'est une phrase de Bernard Blier une histoire de trou du cul, de fleur qu'on collerait dedans et la question pertinente de savoir si cela peut se nommer un vase, qui me réveille à l'aube ce matin. Il faut bien le constater on appelle de moins en moins un chat un chat.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :