Le non faire

Il dit bonsoir au lieu de bonjour, il demanda à la boulangère une miche au lieu d'une baguette, il prit le bus plutôt que le métro et arrivé devant la grande bibliothèque, il bifurqua soudain pour se rendre au bistrot. Il commanda un scotch sans glace et le bu d'un trait puis attrapa le journal qui traînait sur le comptoir et commença à le lire à partir de la dernière page, c'était du sport et il se disait qu'il détestait le sport , mais justement, pourquoi donc détestait il le sport après tout ? et il s'enquit auprès de son voisin d'un pronostic éventuel sur le match qui allait opposer l’Allemagne à la France dans la soirée.

Emprisonnés dans l’habitude

Il flotte dans l'air une légère odeur de feu de bois et de térébenthine, et les quelques merles du voisinage se sont donnés rendez vous sous l'auvent de la vieille scierie dans laquelle j'ai installé mon atelier. Cette porte tant de fois ouverte et refermée durant l'année je ne la regarde guère en général, je ne pense même pas à elle, face à celle ci une grande partie de mon attention se trouve ailleurs, dans la journée précédente avec les toiles travaillées ou bien dans les heures à venir sur les toiles que je devrai reprendre. En fait je ne suis pas vraiment là et il y a gros à parier que ce n'est pas seulement devant la porte de mon atelier.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :