L’homme sorcier des temps premiers et la femme papillon

Dans l'écrit me voici juché à l'intersection des univers, au centre du grand cercle et mon ubiquité c'est l'intuition. Cette étincelle, cette flamme je ne puis m'en déclarer proprio, elle ne vient pas de "moi", elle me traverse "seulement" et ce de plus en plus souvent et depuis maintenant longtemps. Si comme on le dit "l'intuition est féminine" je pourrais la peindre en femme oui. Une de ces "femmes-papillon" chères à mon ami Thierry Lambert.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :