Le monde

Quelque chose s'étend, s'étire, me contient et que je ne peux pas appréhender autrement que par les sens, par un filtre que je pose sans arrêt sur ce quelque chose.

Il se peut qu'il ne soit qu'un profond silence, ou une cacophonie magistrale, ou bien encore une symphonie inconnue.

Je ne sais pas.

Paradoxe

Hier j'ai voulu tenter cette expérience de partir ainsi au hasard des traits, des lignes, avec mon crayon comme objet de concentration. Sans justement vouloir établir de processus compliqué, en partant juste de la contrainte du trait de la hachure plus ou moins épais, plus ou moins resserrée ou écartée.

autoroutes, routes,chemins,sentiers..

La course continue cependant bel et bien même si tu restes immobile, même si tu ne fais rien ou si tu crois que tu fais énormément.. sur le plan quantique aucune espèce d'importance tout cela. Ce qu'il faudra que tu apprennes est déjà dans la mémoire du futur programmé et le plus beau c'est que ton cœur seul pourra donner sens à la réalité que tu vivras que nous vivrons.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :