Le ridicule

On se souviendra de la passion furieuse qui animait les conquistadors hystériques de l'époque : rapporter le plus de richesses possibles, notamment l'or au pied de leur monarchie révérée, ce qui de mon point de vue est déjà fort ridicule en soi, dans le sens où ce mot est utilisé, c'est à dire drôle, comique, qui prête à rire.

La fatigue et le ridicule

C'est la fatigue qui me permet d'apercevoir puis de constater le ridicule, l'inutile, le déjà vu, tous les fins rouages, la mécanique. Parfois je le regrette et désirerais revenir à la vigueur de l'innocence, à la saine arrogance, mais c'est foutu. J'ai eu mon temps d'arrogance et de prétention après tout, pas envie de faire le vieux beau qui se teint le poil et lorgne vers la jeunesse avec nostalgie.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :