Au delà de l’art

Au delà de l'art et du mensonge que nous inventons sans cesse pour approcher sa présence silencieuse, c'est tout l'être qui se tient immobile dans une attente angélique. Angélique, c'est à dire avec un sourire, les mains dans les poches, dans une sorte de désabusement inouï, entre les démons et les gentils qui s'empoignent sans relâche dans leur soif immense de reconnaissance.

La tentation du silence

Cette tentation du silence revient perpétuellement comme une sorte de diablotin venant taquiner saint Antoine et Flaubert. Ce Flaubert qui ne savait écrire qu'en gueulant ses phrases pour les sentir justes. Comme je puis le comprendre cette nécessité de bruit pour saisir intensément ce qui le fonde.

Le nouveau monde

Je m'étais embarqué au petit matin, poussé par la désespérance j'aspirais à un ailleurs consolateur. Quelle naïveté entretenais je encore ? Quelle naïveté en moi cherchais je à détruire surtout ...bref quelque soit le moteur je me retrouvais désormais là sur le pont le front baigné d'embruns, avec à l'âme comme un grand vide, une béance, vaste comme la mer, infinie comme le ciel sans nuage sous lequel nous naviguions.

Ce silence n’est pas le silence.

Il faudra un jour que je parle de mes relations intimes avec la chine, avec les vieux lettrés du x eme siècle et tout ce dont j'ai pu bénéficier à les côtoyer. Il m'arrive encore parfois de sourire quand je veux donner la définition d'un mystère et c'est bien à eux que j'offre cette sensation de se retrouver à la fois devant un haut mur et d'être doué soudain d'un extraordinaire pouvoir de "passe-muraille".

« Je suis la nature »

A visitor to MoMA views Jackson Pollock's painting "One (Number 31, 1950)" (CHIP EAST/Reuters/Corbis) Est un commentaire de Jackson Pollock sur son travail. Et , effectivement on peut trouver des motifs répétitifs comme ceux des flocons de neige, des branches d'arbres selon une étude réalisée par Richard P. Taylor, physicien à l'institut des Sciences et matériaux... Lire la Suite →

Juste le vent

Juste le vent qui joue dans les cimes des arbres qui courre sur la plaine caressant les herbes juste le vent qui erre voilà ma vie ce rêve éveillé. tous ces voyages pour m'inventer un pays tous ces regards pour inventer le tien Juste le vent qui erre sans but ivre de liberté sans but... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :