L’intelligence et le cœur.

Il suffirait que j'effectue des actions logiques, que j'établisse des listes, tout cela propulsé par une envie, un intérêt, un désir et que je refonde tout ce gloubi-boulga en stratégie, pour m'extirper de l'austérité dans laquelle je réside depuis maintenant un certain temps.

Fort heureusement, je dois encore remercier ma bonne fée perpétuelle, l'inertie qui me sauve décidément tout autant des victoires que des défaites communes.

J'ai toujours estimé que lorsqu'il n'y a que deux possibilités, il fallait en créer une troisième coûte que coûte.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :