Garder le cap

Lorsque la lumière revient, avec le calme on en rigole doucement, on s'aperçoit, on se retrouve, on se tapote l'épaule, on s'encourage à nouveau, et l'on finit par s'apprécier. C'est vraiment à ce moment là précisément que le taille crayon resurgit, alors on s'assoit, on prend une nouvelle feuille et on y va. Une nouvelle journée alors est traversée et le soir vient, car il vient forcément, irrémédiablement. Alors on se demande si on a gardé le cap ?

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :