Tout va bien

Depuis les hauts balcons des barres de béton, du fin fond des ruelles crasseuses jonchées de papiers gras et de seringues usagées, dans les parcs chauves, derrière les murs lépreux des usines on entendait cette ritournelle. Un tout va bien dont l'écho se propageait peu à peu dans toute la cité.

L’usure

Quand il descend il la prend dans ses bras et ils restent ainsi un petit moment bien au chaud l'un dans l'autre. Elle ne dit rien, elle fourre sa tête sous son bras à lui et ils dansent un peu sans musique. Et puis ils boivent le café, lui très vite s'en va car il sait qu'elle va à nouveau parler d'argent, des factures qui s'accumulent, et ça va vite dériver sur les maux de hanche, de pieds et de genoux, et il se sent impuissant, ou plutôt un rage insensée qui resurgit toujours pointée contre lui-même et il casserait tout dans la baraque.

Le vieux et son chien.

Au bout d'un quart d'heure, le  gomme à mâcher  avait perdu tout son goût, et le vieux s’apprêtait à s'en débarrasser  lorsque la première biche surgit. Elle se tenait immobile à quelques mètres en retrait du chemin et bientôt une autre la rejoignit, puis enfin le grand cerf apparu à son tour. 

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :